Le piano, la naine et les chiens errants

14Juil08

Philippe Millot dessine des livres pour les éditions cent pages. Et cette petite collection, primée cette année, est un vrai petit bijoux. Un bijoux si précieux et fantasque, que les premières pages font un peu bégayer le cours du récit, tant la vue paraît troubler par les séduisantes effluves de Tschichold condensed.
Je n’ai pas honte d’avoir pris tout mon temps et d’en redemander !

Maurice Raphaël – Le piano, la naine et les chiens errants – Ed. Cent pages



No Responses Yet to “Le piano, la naine et les chiens errants”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :